Un bilan positif du festival d'Avignon OFF 2016
Plus de 1800 spectateurs pour Hygiène de l'assassin de Amélie Nothomb au théâtre des corps saints 2 !
Un peu moins de 1050 pour L’île des esclaves de Marivaux au théâtre des corps saints 3 !
Un bon cru avec plus de 100 programmateurs dont des scènes conventionnées et une scène nationale.
Avec cette année une dizaine d’articles de presse élogieux pour nous deux spectacles

REVUE DE PRESSE
« HYGIÈNE DE L’ASSASSIN » NOTHOMB au corps saints 13h30
Bulles de culture
Une adaptation percutante et accomplie; Sur scène, les deux acteurs, Gilles Droulez et Fanny Corbasson s’emploient à incarner les deux protagonistes avec brio. Fanny Corbasson campe également à merveille ce personnage tout aussi ambigu. Captivant. Huis clos surréaliste et effrayant, Hygiène de l’Assassin par la Compagnie les Affamés frappe et pétrifie.
CEZAM presse
Adaptation très réussie du texte qui a révélé Amélie Nothomb. Dans un huis-clos plein de suspense s'affrontent une journaliste et un romancier célèbre et misogyne. Humour corrosif, très bonne interprétation. A VOIR
Au balcon
La performance de Gilles Droulez en horrible misanthrope sert parfaitement l’esprit mordant de la géniale Nothomb.
Agenda du théâtre
Le public est immédiatement plongé dans une ambiance aussi juste qu’envoutante… Gilles Droulez incarne à la perfection Prétextat Tach qui, derrière son caractère misogyne et misanthrope, laisse entrevoir son humanité. Cette pièce nous fait redécouvrir les sens cachés et profond de l’œuvre. Une véritable réussite. M. Lemoine
Planning familial de Paris
François Tantot (adaptation et mise en scène) relève ce défi avec brio. L’adaptation de cet incontournable est fidèle à l’atmosphère sarcastique et mystérieuse du livre mais également originale grâce à l’intégration d’images vidéo qui lui donne un côté onirique et mélancolique.
La mise en scène est sobre, efficace et esthétique. Elle permet aux acteur/trice-s de réaliser une performance enlevée et d’incarner parfaitement les personnages.
Gilles Droulez interprète de façon magistrale le personnage de Tach. C’est jouissif pour le public. M.G

« L’ÎLE DES ESCLAVES » MARIVAUX au corps saints 19h30
Rue du Théâtre

Un texte brillamment mis en vie par la compagnie Les Affamés qui fait le choix d’une mise en scène résolument contemporaine. Politiquement engagée et artistiquement assumée. L’une des plus fortes découvertes de ce festival. Un petit bijou théâtral et politique. Fort bien mené. Urgent à voir… Karine Prost

La Provence

Dire que la pièce, création festival OFF 2016, n’a pas pris une ride est un euphémisme. La compagnie Les Affamés en propose une lecture actualisée et réussie, dans un décor épuré à l’extrême. Celui-ci sert à merveille les personnages, dont le jeu est juste parfait. Romain Terpman

Bulles de culture

Gilles Droulez, dans le rôle de Trivelin, est impressionnant. Justesse du ton, précision dans les gestes, il campe un bienfaiteur ambigu, tant féroce qu’affable.
Anthony Candellier et Marie-Véronique Pouges interprétent les maîtres déchus avec conviction. Cléanthis par Aude Carpintieri se régale malicieusement des menues vengeances qu’elle inflige à Euphrosine. François Tantot s’illustre dans un rôle d’Arlequin très fantasque, très expressif.
La mise en scène propose véritablement de réfléchir aux thèmes du lien social, de l’oppression et de la vacuité du pouvoir… et fait preuve d’une très grande originalité.

Vaucluse Matin

C’est de l’excellent théâtre. Les cinq comédiens donnent toutes leurs tripes pour faire vivre cette histoire et les spectateurs sont au diapason, pris dans cette tourmente et dans cette belle leçon d’humanité

Libre Théâtre

On saluera tout particulièrement le jeu des quatre comédiens de talent interprétant ces deux couples appelés à échanger leurs rôles en même temps que leurs vêtements : Anthony Candellier, Aude Carpintieri, Marie-Véronique Pougès, François Tantot. Quant au malin génie qui tire les ficelles de cette comédie humaine, mais qui se révélera démuni face à l’égoïsme des puissants, il est incarné avec brio par Gilles Droulez, qui signe aussi la mise en scène. Ruth Martinez

«Résolument moderne» Ouest-France
«Réjouissant!»
Midi-libre
«Un appel à l’insoumission» La tribune