Une saison en Enfer - Arthur Rimbaud
mise en scène Gilles Droulez, assistante mise en scène Fanny Corbasson, costumes Stéphane V,
création lumière Davy Dedienne, avec Gilles Droulez, au piano Laurent Andary

« Une saison en enfer » est à la fois une quête et une crise: quête de la « vérité », de la réalité, crise d’un jeune homme et d’une société, crise du langage, de la culture et de la foi, crise d’un siècle en somme. Crise, c’est à dire jugement: jugement porté sur ce qu’on a cru, désillusion qui conduit à l’initiation, à la « liberté de posséder la vérité dans une âme et un corps »! Sur les mélopées de Ferré, un texte fort, résolument moderne et vivant!.


Presse : Ange et démon Comment dire Rimbaud? Peut-être en le suivant sur la musique chaotique de ses mots, de ses désillusions, de son génie. Pas facile de suivre le livret, tant il est terre de contradictions. Gilles Droulez a creusé au plus profond, dans les entrailles de cette forêt équatoriale de mots, pour en extraire la sève. Masqué par les barreaux d’une cage, galérien de lui-même, ou à l’avant plan, face au public et dardant ses dernières flèches, il n’a pas dit le texte. Il l’a vécu. Un homme seul et de la poésie pour machette. Le pari était difficile. Il fut réussi. Supports au texte ou au chant, étayées de claquements de mains ou de choeurs psalmodiés, les notes de Léo Ferré se marièrent admirablement au blasphème désespéré d’un Rimbaud décidément vivant. Différent et insaisissable. LE PROGRÈS
Une véritable performance qui a été saluée par de longs applaudissements d’un public véritablement transporté. Patrick Flaschgo L’ARDENNAIS
Excellent: grâce à l’atmosphère musicale et aux parfaits timbres profonds, la révélation de cette soirée a été Gilles Droulez, acteur qui porte la scène avec un vrai charisme magnétique, il nous a offert une saine secousse tellurique de poésie; Alessio LegaArivista.
Un monde fantasmagorique qui conserve encore son actualité. Le texte fleuve, porté par la musique, se décline en chants, en danses, ou reste simplement parlé. Le verbe et les notes du piano. d’une grande amplitude, égrènent un dialogue du corps et de l’âme à la recherche de l’ éternité. Comme un écho de la part humaine de chaque individu, appelé à l’éveil et à l’insurrection.  l’anarchie s’effacent, une force indicible emmène le voyageur vers sa liberté. En un peu plus d’une heure, pas de temps mort : l’intensité dramatique, soulignée par le charisme de Gilles Droulez, vacille entre l’illumination et la folie. La scène se met à l’unisson.. EMMANUEL STAWICKI  Le Progrès



Ce spectacle a été présenté à Lyon au Carré 30 en septembre 2000- mars 2002- janvier 2004 - février 2005, à Nice au Théâtre de la semeuse en octobre 2000 et au festival Off d'Avignon 2001, salle Genton novembre 2001, festival à St Benedetto del Tronto Italie 2001, au musée Rimbaud à Charleville Mézière 2003, alliance française de Katowice mars 2005
au festival d’Avignon 2014
au Célimène – 12H30 - côté public
- Bravo l'artiste - Un artiste à la hauteur des textes de Rimbaud accompagné par une musique douce, un vrai régal à voir sans modération ! - Il vit le texte -  Rimbaud nous emmène dans son chaos, ses doutes, ses errances... Belle interprétation de Gilles Droulez habité par l'âme du poète, pour une performance difficile et réussie avec la présence en accompagnement de Léo, mention pour le clavier Laurent Andary - Une très belle interprétation, merci pour cette découverte…. - Quelle prouesse !!! - Très beau ! - Superbe ! - Un comédien de grand talent ! - Belle performance de l’acteur ! Un excellent pianiste !
« J’ai créé toutes les fêtes, tous les triomphes, tous les drames. J’ai essayé d’inventer de nouvelles fleurs, de nouveaux astres, de nouvelles chairs, de nouvelles langues. J’ai cru acquérir des pouvoirs surnaturels. Eh bien! je dois enterrer mon imagination et mes souvenirs! Une belle gloire d’artiste et de conteur emportée! ».

LE DOSSIER DE PRÉSENTATION
Pour les théâtres, festivals… :
« UNE SAISON EN ENFER » RIMBAUD-FERRÉ

see2